Warning: Use of undefined constant header - assumed 'header' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/27/d293079854/htdocs/lascenemaconnaise/wp-content/themes/lightword/header.php on line 71

30/06/2012 – Festiz – Tournus

5 Juil 2012 - 0 commentaire

FESTIZ

Tournus (71)

30/06/2012

Second Soir – 30 juin 2012

Après une première soirée réussie et avec le beau temps d’après les dire des organisateurs et du public présent, avec entre autre la sortie d’album de Commissaire Juve et le passage de Marcel et son Orchestre. Cette seconde soirée prévoyait le passage de Fr. Hot Manche, Commissaire Juve, The Greedy’s Crackpot, Brice et sa Pute, Le Réparateur, Locked In Syndrom, et Jurgen Douglass. S’il n’y avait pas une jolie tête d’affiche comme la veille, le nombre de groupe et le prix proposé (5euros) promettaient une soirée sympathique malgré tout.

Une fois sur place, un peu en retard je l’avoues, le groupe Fr. Hot Manche est déjà passé et Commissaire Juve est déjà sur scène. Après avoir souvent entendu parler du groupe et chroniqué récemment leur nouvel album « Reptilien » (voir ici) c’est la première fois que je découvre le projet en concert. Je retrouve ainsi quelques titres de l’album joués sur scène, parmi lesquels Reptilien, La Gachette, Anarkia ou encore Paradis Perdus et on ressent également l’ambiance rock perçue lors de l’écoute de la galette. Malheureusement si le public était présent en nombre la veille, seulement quelques personnes sont présentes devant la scène aujourd’hui, d’autres vers la buvette ou le stand de nourriture, ce qui ne me permets donc pas de juger l’avis et l’ambiance du public. Sur scène ça envoit, malgré le vent qui se lève et l’orage évité de peu, le set sera joué et assez apprécié pour ma part. J’espère redécouvrir le projet avec cette fois plus de public et pourquoi pas également découvrir Juvacoustik la version acoustique du groupe.





Pendant que The Greedy’s Crackpots entre sur scène, on part sur les bords de Saône avec Commissaire Juve pour enregistrer une interview (disponible prochainement) et quand j’en reviendrais le set sera à sa dernière chanson : c’est pas ce soir que je ferais beaucoup de découvertes ! Mais pendant que le groupe enlève ses instruments pour laisser place à Brice et sa Pute, un joli orage se présente et c’est parti pour une bonne dizaine de minutes de tempête, à commencer par des grêlons puis des fortes pluies avec du vent. On se protège sous des tonnelles (qu’on retient également afin d’éviter qu’elles s’envolent) et une fois la pluie finie, je regrette d’être venu en pantalon/t-shirt sans rechange, ni manteau dans la voiture : le trajet de retour risque d’être « mouillé ». L’annulation est donc le mot d’ordre, et la scène commence a être démontée, c’est donc certainement pas ce soir que je ferais de la découverte ! Mais le Réparateur à la bonne idée de proposer de monter une scène secondaire avec les moyens du bords afin de jouer malgré tout. Et c’est parti pour la création d’une scène couverte avec deux tonnelles, des bâches et une sono digne du bar du coin. Ça a moins de gueule, mais le côté roots est sympathique malgré tout.


Après une installation rapide, la batterie, la guitare et le chant sont en place, c’est parti pour le duo Lyonnais du Réparateur. Enfin Lyonnais, que dis-je, d’après le groupe ils viennent de New York et son contents de jouer en France, tant mieux pour eux ! Et dès la première chanson j’accroche : on nous présente donc du punk dans la lignée de Guerilla Poubelle avec du mauvais goût en plus, on me dit d’ailleurs dans l’oreillette qu’ils sont produits par Guerilla Asso. Rien d’exceptionnel la dedans, ça chante en Français, (ils auraient d’après eux, perdus leur accent anglais à force de jouer en France), les thèmes sont variés allant de Charlotte Gainsbourg, en passant par les plans à 3, ou encore le boulot et le quotidien…. Mais pourtant dieu sait que ça envoit ! La pluie partielle ne viendra pas gâcher l’ambiance, le public n’hésitant pas à venir au plus près de la scène pour danser, écouter…. Mais si la pluie ne vient pas gâcher le concert… ce n’est pas le cas de la foudre, et après un joli éclair tombé non loin du stade et une coupure de courant, viendra interromprendre le concert brutalement et menacer une nouvelle fois l’avenir du Festiz. Une pause est donc de rigueur et pendant ce temps on se remet de nos émotions, je voulais de la découverte, j’en ai eu une bien belle ! A conseiller à tous les fans de punk français et d’humour noir.



Après une petite pause, c’est au tour de Brice et sa pute de prendre la place. Pas de cage cette fois ci, ni de fauteuil, on aura donc une version lowcost du spectacle ce soir. Malgré tout la setlist sera la même qu’à la Cave à musique, je ne m’y étendrais pas plus (voir ici). Le mauvais goût est toujours de la partie, avec des paroles décalées, parfois dérangeantes et je féliciterais notre ami bassiste d’avoir joué son rôle jusqu’au bout, se retrouvant une fois de plus en boxer malgré le temps quelques peu refroidi. Le public présent est resté jusqu’à la dernière musique, avec un bassiste qui jouera couché dans l’herbe pendant que ses nouveaux fans se seront assis autour de lui. Finalement la tempête n’aura pas empêché le public restant de vouloir profiter de la soirée !

En conclusion, une soirée humide qui n’a pas empêché quelques dizaines de personnes de venir voir les groupes malgré le manque de tête d’affiche. Et le point noir de la soirée restera la tempête qui a conduit à l’annulation des prestations de L.I.S et Jurgen Douglas suite à un retard énorme. Malgré tout, Le réparateur et Brice et sa pute ne se seront pas démotivés et auront mis l’ambiance avec les moyens qui leur ont été donné ! Et un bravo aux organisateurs qui malgré la pluie ont essayé de continuer la soirée sans perdre espoir… Mais l’année prochaine pensez à louer une scène couverte afin d’éviter des soucis de ce genre, surtout en Festival d’été ! On espère donc un rendez vous en juin prochain pour la prochaine édition, qui sait, on a peut être sous nos yeux notre futur Festival rock local ?

Article / Photos : Fabien Dubois

Aucun commentaire

Pas de commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire